Anne-Sophie Tuszynski, fondatrice de Cancer@Work
Anne-Sophie Tuszynski, fondatrice de Cancer@Work

Cancer@Work : Les rescapés du cancer sont un atout pour l’entreprise

L'équipe de MIEUX est allée à la rencontre de Anne-Sophie Tuszynski, fondatrice de l'association Cancer@Work.

 

D'où vient votre intérêt pour l'intégration du cancer au travail ?

Vivre et travailler avec un cancer est devenu une réalité touchant, directement ou indirectement, tout un chacun. Nous nous habituons tous plus ou moins bien à côtoyer cette maladie qui vient un jour ou l'autre s'insinuer dans notre quotidien. Et pourtant, la société et les entreprises sont encore très mal préparées face à ce fléau. On y pense rarement, mais les employés ayant traversé cet ouragan présentent une étonnante compétence à valoriser dans le monde du travail.

Pour moi, tout a commencé en 2011, j’avais 39 ans. Je travaillais à l’époque chez un chasseur de têtes. En mars, on m’a diagnostiqué un cancer. Dans un contexte impliquant des soins à l’hôpital, les réactions des personnes atteintes de cette maladies sont souvent les mêmes : est-ce que je dois en parler à mon employeur ? Que va-t-il advenir de ma carrière si je le fais ?

Pourtant, je ne me suis pas posée ces questions. J’en ai parlé à mon patron, librement, dont la réaction a été naturelle : il m’a dit qu’il m’accompagnerait, qu’il mettrait en place une assistance administrative pour m’aider, qu’il souhaitait une réflexion sur la manière d’adapter l’organisation pour que tout puisse continuer à fonctionner, et que j’avais carte blanche pour ce faire.

Après mon arrêt de travail, j’ai donc pu reprendre facilement ma vie professionnelle. Cependant, mes clients comme mes partenaires venaient régulièrement me voir en me posant des questions : « Toi qui as vécu ça, nous avons un employé qui a lui aussi un cancer, que pouvons/devons-nous faire ? » Ou alors des malades eux-mêmes qui avaient peur de perdre leurs acquis professionnels et qui souhaitaient savoir quoi dire à leur employeur, comment faire pour la suite.

 

Comment vous est venue l'idée de créer l'association Cancer@Work ?

D’une manière générale, les gens ne savent pas se parler dans le contexte de cette maladie qui n’est pas comme les autres. Et j’ai compris pourquoi : la maladie n’existe pas dans le monde du travail. J’ai alors fait le constat qu’il n’existe pas de processus organisationnel adapté en entreprise pour accompagner les personnes malades. Ni leur entourage personnel ou professionnel. Le cancer est un sujet tabou tout autant dans la société civile que dans le monde du travail. J’ai alors pris conscience que, pour faire avancer les choses en France, il fallait agir pour rassurer les malades et sensibiliser les employeurs.

Chaque jour en France, près de 1000 personnes apprennent qu'elles ont un cancer, parmi elles 400 travaillent. Le cancer n'est plus seulement une question de santé, mais bien une affaire de société, qui impacte également la sphère professionnelle.

En 2012, j’ai créé une association d’entreprises dédiée à ce sujet. Depuis cinq ans, Cancer@Work ((https://www.canceratwork.com/)) mobilise les employeurs, propose des temps de partage, du contenu, mesure l’évolution des attentes des actifs sur le sujet et l’impact de ses actions dans les entreprises. Les dirigeants s’engagent à faire exister le sujet et à développer des pratiques d’accompagnement.

 

Quels sont les avantages pour les entreprises et les employés de se familiariser avec le cancer ?

Avec l'aide de l'économiste Nicolas Bouzou, nous avons fait la preuve que mieux intégrer la maladie est financièrement bénéfique pour les entreprises. Elles peuvent réaliser entre 75 et 500 millions d'euros par an d'économie potentielle de coûts liés à l'arrêt de travail, en maintenant des emplois pour des personnes nouvellement diagnostiquées et en mesure de travailler.

D’un autre côté, mieux communiquer autour de la maladie est également bénéfique pour les employés concernés. Ils y gagnent de la confiance, de la réassurance, de l’agilité. Du coup, le cancer est capable d’apporter finalement beaucoup de choses positives aux employés, comme aux entreprises, mais également à la société. C’est le principe du « Gagnant + Gagnant + Gagnant » !

Aujourd'hui, 20 sociétés sont membres de Cancer@Work. Elles s'engagent à faire évoluer les sentiments et les réactions liées au cancer en entreprise, à accompagner la création d'un environnement favorable aux personnes touchées par un cancer et à favoriser des comportements et pratiques managériales qui les respectent et les accompagnent.

En cinq ans, je pense que nous avons contribué à faire bouger significativement les lignes. Mais avant que les maladies chroniques ne soient réellement intégrées dans la société et dans le monde du travail, il reste beaucoup à faire. Nous espérons que de plus en plus d’entreprises rejoindront le mouvement.

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site web de Cancer@Work.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *