Le télétravail va se développer en 2018
© Lauren Naefe / Stocksy United

Au plus près du travail à distance

Récemment, les ordonnances Macron ont posé un cadre légal plus précis au travail à distance, confirmant le mouvement de fond qui mettait le télétravail au centre des discussions entre managers et employés. Une tendance qui se développe à grands pas, et qui redessine notre façon d’envisager la vie en entreprise. Alors, comment composer aujourd’hui en tant que manager face à ces nouveautés ? Quelles sont les clés de réussite ? Et quel visage aura le travailleur du futur ?

Home sweet home

Commençons par le commencement : qu’est-ce qu’est le télétravail ? L'Accord national interprofessionnel du 19 juillet 2005 en donne la définition suivante : « Le télétravail est une forme d'organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologies de l'information, dans le cadre d'un contrat de travail et dans laquelle un travail, qui aurait également pu être réalisé dans les locaux de l'employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière. »

Un cadre assez large donc, que les ordonnances Macron ont permis de préciser. Et il était temps, car parmi les 26,2 millions d'actifs, environ 3 millions d'entre eux travaillent déjà de chez eux au moins une journée par semaine.

Aujourd’hui, plus besoin d’un avenant au contrat de travail pour le mettre en place : « Pour faire face à des contraintes personnelles, tout salarié qui occupe un poste éligible à un mode d'organisation en télétravail dans les conditions prévues par accord collectif ou, à défaut, par la charte, peut demander à son employeur le bénéfice du télétravail. »

D’un commun accord entre l’employeur et l’employé, il est désormais possible de travailler de son domicile régulièrement. Et en cas de refus, l’employeur devra motiver sa réponse. Un nouveau droit pour le salarié donc, qui devrait faire évoluer la systématique classique de l’entreprise.

Loin des yeux, mais pas du cœur 

Manager des salariés à distance n’est pas chose facile. Pour éviter les déconvenues, la façon de travailler ensemble doit elle-aussi s’adapter à cette nouvelle forme de travail.

1. Le suivi

Bien que virtuelle pendant les journées de télétravail, la présence du manager doit être ressentie comme réelle. Cette relation, basée sur la confiance et la responsabilisation, est essentielle pour les collaborateurs. Ils doivent pouvoir compter sur leur manager, et inversement. Programmer des rencontres régulières et des points de contact par e-mail ou téléphone peuvent être de bonnes solutions pour suivre les projets et permettre au salarié d’exprimer les difficultés qu’il peut rencontrer.

2. Favoriser l’esprit d’équipe

Pour que l’employé se sente appartenir à un groupe, même à distance, le manager doit veiller à recréer des conditions de travail en équipe, à l’investir dans des projets communs. Car un travailleur exerçant loin de son lieu de travail peut vite se désolidariser du groupe et se détacher des projets, sans que cela ne soit une volonté de sa part à l’origine.

3. L’écoute

Déjà essentielle à l’intérieure de l’entreprise, l’écoute du manager l’est encore plus hors des murs. En effet, lorsqu’il ne croise pas physiquement son salarié, il est difficile pour le manager de percevoir les signaux faibles qui pourraient montrer les difficultés de son employé. Être à son écoute régulièrement va permettre d’établir une relation stable et d’éviter tout malentendu.

Pour le meilleur et pour le meilleur

Le travail à distance n’en finit plus de faire parler de lui, et pour cause : au-delà d’un meilleur confort entre vie professionnelle et vie personnelle pour le salarié, celui-ci permet aussi de s’adapter aux nouveaux modes de vie et de travailler de partout aussi facilement qu’en passant une journée au bureau. Et ce n’est pas Gauthier Toutlemonde qui affirmerait le contraire : cet entrepreneur français spécialisé dans la philatélie et la presse, a poussé l’expérience à l’extrême en travaillant depuis le cœur du désert…

Le télétravail permet aussi de réintégrer professionnellement les travailleurs handicapés. Problèmes visuels, auditifs, de mobilité, ou encore traitements lourds ou fatigue intense chronique, autant de difficultés à surmonter du côté du demandeur d’emploi comme de l’employeur. Mais avec le développement des nouvelles technologies et la montée du travail à distance, les travailleurs handicapés peuvent profiter des infrastructures de leur logement tout en faisant partie intégrante de l’entreprise.

Le télétravailleur de demain

Le travail est de moins en moins associé à un endroit : le prouve le développement des nombreuses start-ups de coworking, d’espaces libres, de lieux proposant de télétravailler ou de faire des réunions. WeWork propose par exemple près de 200 espaces de coworking dans 48 villes du globe. Et avec le développement du cloud, permettant aux entreprises de réunir virtuellement l’ensemble des informations qui deviennent accessibles de partout, la question de l’entreprise réelle commence à se poser.

On pourrait dresser le portrait type du travailleur du futur comme il suit : sa vie est gérée du bout des doigts, par mail et chat interne. Il travaille deux jours par semaine de son domicile, afin d’organiser sa vie professionnelle et personnelle. Puis dans un espace de coworking deux autres jours, afin de faire de nouvelles rencontres, de se stimuler intellectuellement et de s’ouvrir à d’autres univers professionnels, propices à la créativité.

Et enfin, un jour en entreprise, afin de suivre les projets avec son équipe, de faire le point et de se donner les objectifs pour la semaine suivante. Son travail, ce n’est plus son bureau physique mais son bureau d’ordinateur. Finalement, le plus grand changement des avancées technologiques ne serait-il pas simplement celui-ci : l’important n’est plus le lieu, mais l’humain ?

 

Laisser un commentaire