Avec le co-voiturage, le trajet domicile-travail devient source de QVT

Depuis le 1er janvier dernier, les entreprises de plus de 100 salariés sont tenus de mettre en place un Plan de Mobilité (PDM), afin d’optimiser l’efficacité des déplacements des collaborateurs et réduire leur empreinte carbone. Sodexo Pass France présentera/a présenté en fin d’année ses priorités. Le soutien au co-voiturage y figure en bonne place. Anne-Martine Dupuy, Responsable de l’assistance clients chez Sodexo Pass France, utilise depuis six mois la solution de covoiturage de Klaxit, destinée aux entreprises. Et y voit de multiples bénéfices en matière de qualité de vie au travail.

Quelle étaient vos attentes en matière de transport domicile-travail ?

J’ai rejoint Sodexo depuis plus d’un an, en tant que responsable de l’assistance clientèle. J’habite Chatenay-Malabry et pour me rendre à mon travail, à Nanterre, j’utilisais les transports en commun. Au quotidien, je faisais 4 heures de trajet en moyenne ! C’est plus que la moyenne des Français qui est de 50 minutes par jour. C’était assez éprouvant : je me levais à 4h45 pour être certaine d’arriver au bureau vers 8h que je quittais vers 18h, 18h30. Les grèves du RER A en août dernier ont compliqué la situation. Il a fallu trouver des solutions de transport alternatives. Pour épauler ses salariés, Sodexo a mis en avant la plateforme de co-voiturage Klaxit, qui fait partie de nos services d’offre QVT pour les entreprises.  Je me suis lancée !

Comment se sont déroulées vos premières expériences ?

J’avais quelques craintes à voyager avec des inconnus et des doutes à trouver des personnes qui utilisaient leur véhicule à proximité de mon domicile. Ces inquiétudes ont vite disparu. D’abord, la communauté de covoitureurs rassemblé sur Klaxit est suffisamment nombreuse : on trouve des personnes intéressées par ce type de trajet, pourvu que l’on se montre un peu souple sur l’horaire et ou/sur le lieu précis de départ ou d’arrivée. Ensuite, la plateforme donne des informations sur les conducteurs. A titre personnel, je choisis pour covoitureur uniquement des profils renseignés avec une photo, un numéro de téléphone et le nom de la société dans laquelle la personne travaille. Cette transparence est un gage de confiance. Au final, on s’aperçoit que les utilisateurs de Klaxit partagent des valeurs communes : celles du respect, de la courtoisie et de l’altruisme.

 

Avec quelle régularité utilisez-vous Klaxit et pour quels bénéfices ?

Tous les jours ou presque ! Les bienfaits sont importants, d’abord sur le sommeil. Je me lève à 6h30, mon temps de trajet est réduit d’une heure trente, aller-retour. Je démarre ma journée moins stressée par la perte de temps en transport en commun, les incivilités, les rames bondées, sans parler des accidents ou des grèves.  Quand je rentre chez moi, je suis nettement moins fatiguée, plus disponible. C’est aussi un facteur d’équilibre vie privée/vie professionnelle et même de lien social. Grâce à Klaxit, j’ai étendu mon réseau amical à côté de mon domicile. Avec le co-voiturage, le trajet domicile-travail devient source de qualité de vie au travail. Du point de vue humain, il enrichit la journée, c’est vraiment dynamisant !

 

Qu’est-ce qui selon vous pourrait permettre de développer l’utilisation de ce type de plateforme ?

La nouvelle version de l’appli sortie en septembre est très ergonomique, enrichie de fonctionnalités sympas (outil d’aide à la planification, système de notification, news). Je ne suis pas certaine que tout le monde sache que l’Ile-de-France subventionne le covoitureur*. Le covoiturage, c’est l’occasion de préserver l’environnement et de passer un moment agréable. Il n’y a pas de fatalité à la problématique du transport en Ile-de-France. Quand les entreprises sont soutenues par les institutions pour faire des efforts, cela permet à une société comme la nôtre de participer au développement de Klaxit, de créer des systèmes de navettes de bus ou de soutenir l’utilisation du vélo électrique. C’est ainsi qu’on progresse en matière de QVT et de préservation de l’environnement.

* les conducteurs sont rémunérés sur la base de 0,10€ / km / passager transporté.

Laisser un commentaire