De la banque aux clowneries, il n'y a qu'un pas !
© Laura Stolfi / Stocksy United

De la banque aux clowneries

Tous les vendredis, nos actus revêtent un look plus détendu pour fêter l'arrivée du week-end en abordant le management et la QVT en toute légèreté : c'est la Casual Actu !

 

Le secteur bancaire va pouvoir se défendre de l’image stricte et dénuée d'humour qui lui colle à la peau. Il existe en effet des exceptions : Aurora Krause, une banquière américaine, s’est reconvertie en clown. Une histoire vraie qui donne le sourire.

Après plus de trente ans de services dans le domaine, la quinquagénaire a tout simplement décidé de se consacrer pleinement à sa vocation : faire rire. « Je savais que si je pouvais travailler dix heures par semaines pour voir des sourires et des rires, j'avais trouvé ma mission », détaille-t-elle dans les colonnes du Wall Street Journal. Ancienne « Senior Vice President » au sein de sa banque, l’Américaine n’a jamais laissé tomber sa passion, bien au contraire. Après avoir passé plusieurs années à se déguiser bénévolement pour faire rires les plus petits (lors des fêtes scolaires, dans les hôpitaux ou dans les maisons de soins) elle a finalement créé sa propre identité de clown : « Bebop, un personnage qui ne le quittera plus jamais ! »

Une fois à la retraite, Aurora Krause s'est consacrée pleinement à Bebop. Une nouvelle réussite professionnelle et personnelle, puisqu’elle connaît une ascension fulgurante dans le milieu des clowns. Présidente de l'association mondiale des clowns pendant un temps, elle a également obtenu un mandat de « directeur de l'éducation » pendant deux ans. Un plan de carrière peu commun et altruiste qui a donné espoir à plus d’un enfant malade. Chapeau l’artiste !

 

L’histoire de « Bepop » sur Le Figaro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *