Brown-out au bureau
© Jovo Jovanovic / Stocksy United

Le Brown-out et les salariés en mal de sens

Une baisse passagère de tension et de motivation au travail, cela peut tous nous arriver. Cependant, quand cette baisse s'éternise ou revient de façon récurrente, attention à ne pas laisser le brown-out s'installer !

Depuis 2016, ce brown-out est venu allonger la liste des maux modernes liés au travail. Dans la famille des risques psychosociaux, il est cousin du tristement célèbre burn-out et du moins connu bore-out. Il se caractérise par « une baisse de tension et d’attention au travail, une prise de conscience brutale de l’absurdité de son métier qui paralyse » et celui qui l'affiche présente un risque de dépression.

Le docteur François Baumann, médecin généraliste spécialiste de la souffrance au travail, y consacre un ouvrage intitulé Brown-out, quand le travail n'a plus aucun sens. Il y décrit l'évolution des symptômes de cette pathologie qu'il qualifie de philosophique. Tout d'abord, une lassitude, un manque de tonus et d’intérêt pour son métier, de la fatigue, qui peuvent ensuite aller jusqu'à des crises de larmes, une modification du caractère et des insomnies. Le mal-être causé par le travail peut alors s'étendre à tous les domaines : famille, amis, loisirs…

Alors que la quête de sens est plus que jamais au cœur des préoccupations des jeunes actifs, le brown-out est un risque à prendre très au sérieux et à surveiller de près pour les années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *