Le bonheur au travail
© Lumina / Stocksy United

Les éléments pour favoriser le bonheur au travail

Le bonheur au travail, tout le monde y gagne ! C'est par cette phrase que le cabinet de recrutement Robert Half lance à son tour le débat sur l'importance du bien être en entreprise. Importance pour les deux camps, les employés comme l'entreprise elle-même. Faisons à notre tour le point sur la question.

Le bonheur au travail ne doit pas rester un concept abstrait. Le bien-être au travail devrait même être une des priorités des entreprises afin de permettre à leurs salariés de s’impliquer davantage et de s’épanouir. Ils deviennent ainsi plus productifs, tout en constituant une équipe solidaire. La boucle est de ce fait bouclée : le bonheur au travail est autant bénéfique aux employés qu'aux entreprises.

En France, les employés sont plutôt satisfaits

La belle nouvelle du moment est de constater, grâce à l'étude de Robert half, que les salariés français sont majoritairement satisfaits, avec une note de  63,8 sur 100. C'est beaucoup, avec plus d'une personne sur deux. Et à quoi pourrait être lié ce bonheur au travail ? Les salariés qui considèrent leur travail utile ont 3 fois plus de chances d’être heureux que ceux qui se contentent de le faire. Là est donc la clé principale de bien être professionnel : donner du sens aux actions professionnelles demandées.

On retrouve d'ailleurs cette explication lorsque l'on liste l'ensemble des points permettant à un salarié de se positionner dans une situation de bonheur au travail :

  • Être pleinement présent dans les actes que l'on effectue
  • Avoir la volonté de bien faire
  • Se poser la question du sens que l’on donne son travail
  • Essayer d'apprécier en leur donnant du sens les tâches effectuées au bureau
  • Prendre le temps de se poser, de respirer et de méditer quelques minutes
  • Être à l’écoute des personnes avec qui on collabore
  • Faire un bilan de sa journée en regardant les points positifs

 

Le bonheur au travail

 

Le bonheur au travail conduit par les managers

Et figurez-vous, bien entendu, que l'enquête a également été menée du côté de l'encadrement. Si pendant de nombreuses années, on associait surtout travail avec rigueur et exigence, aujourd’hui les notions de bienveillance et de plaisir apparaissent. Et le manager a son rôle à jouer pour les appliquer, en commençant par adapter son mode de fonctionnement. En avant pour l’humilité, le désir de renoncer au pouvoir, le courage, l’hônneteté, l’amour de ses collaborateurs et enfin… l’humour ! 

Vus d'une autre manière, ces responsabilités des nouveaux managers iraient désormais dans un nouveau sens :

  • Responsabiliser les employés, car pour qu'un salarié se sente heureux, il est nécessaire qu’il puisse se sentir autonome 
  • Reconnaître le travail effectué ; 48% des 18-34 ans déclarent recevoir des feedbacks positifs régulièrement ; 40% pour les 35-54 ans et 28% pour les plus de 55 ans.
  • Donner du sens au travail de ses collaborateurs
  • Respecter ses employés, notamment en appliquant des modèles clairs et transparents sur la rémunération et les avantages sociaux de chacun
  • Favoriser les rencontres, en offrant en particulier des prétextes et des occasions pour que les employés se croisent, se découvrent et s'enrichissent mutuellement

Pour en découvrir plus, nous vous invitons à consulter après l'avoir téléchargée l'étude de Robert Half sur le sujet : "Les secrets des entreprises et des collaborateurs les plus épanouis".

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *