Le feedback, cette ressource inexploitée en France
© ALTO IMAGES / Stocksy United

Le feedback, cette ressource inexploitée en France

Qu'est-ce que la culture du feedback ?

Née aux États-Unis dans les années 1960, cette tradition de donner un retour critique sur expérience est bien plus ancrée dans la culture américaine que dans nos contrées francophones. Outre-Atlantique, à l'université comme en entreprise, les professeurs comme les managers donnent leurs appréciations sur les performances de leurs élèves / collaborateurs, mais ils sont aussi prompts à les recevoir.

En France, ce feedback s'est introduit depuis quelques années de façon timide avec les entretiens annuels d'évaluation. Pourtant, 53 % des salariés estiment encore ne jamais bénéficier de retours leur permettant de progresser, et la critique reste unilatérale : du manager vers le managé.

 

Pourquoi ça coince en France ?

Peut-être sommes-nous des grands susceptibles, ou peut-être maîtrisons-nous mal l'art de la critique positive… Car donner un feedback est un exercice délicat. Il faut à la fois être franc et bienveillant afin que la conversation soit constructive et positive. Le feedback n'est pas un règlement de compte mais un moment de valorisation et une invitation à la progression.

En face, celui qui reçoit la critique doit également faire preuve d'ouverture et de recul. Il n'est pas question d'en faire une affaire personnelle et de prendre le feedback comme une agression. L'auditeur doit aussi être capable d'entendre les critiques le plus objectivement possible sans se laisser submerger par ses émotions afin de pouvoir tirer des enseignements de ce qui a été dit et pouvoir entrer dans un dialogue sain.

Parce que dans notre pays la critique est bien trop souvent perçue comme une agression, comme une remise en question de la légitimité ou de l'autorité, il est encore plus rare de voir la hiérarchie accepter le feedback des salariés.

 

Une pratique gagnant-gagnant

Et pourtant, la pratique du feedback bien fait peut apporter beaucoup aux salariés comme aux entreprises.

Du côté des salariés, des feedbacks donnés régulièrement augmentent l'engagement et la motivation de manière éloquente. Selon une étude Officevibe, 98 % des salariés disent peiner à rester engagés s'ils ne reçoivent pas ou très peu de feedback sur leur travail. À l'inverse, 43 % de ceux qui se sentent engagés reçoivent un feedback au moins une fois par semaine.

Les entreprises auraient bien tort de croire que les travailleurs n'ont pas envie de s'améliorer et qu'ils rechignent à entendre les critiques – si celles-ci sont fondées et ne sont pas que négatives. Soixante-cinq pourcent des salariés réclament plus de feedback. Ils sont perçus comme de la reconnaissance, de l'encouragement, des repères pour savoir où ils en sont et mieux connaître la valeur de leur travail. Après tout, à l'école, les devoirs étaient bien corrigés, notés et rendus aux élèves, non ?

 

L'expérience collaborateur valorisée

Du côté des entreprises, en plus d'apporter davantage d'engagement et de productivité à leurs salariés, recevoir des feedbacks de leurs parts est aussi un atout à ne pas mettre de côté. Selon une étude de Linkky, 94 % des RH pensent qu'il est important voire primordial de prendre en compte les feedbacks des collaborateurs pour développer des stratégies pertinentes.

Le feedback des collaborateurs, c'est aussi ce qu'on appelle « l'expérience salarié » dans le jargon des ressources humaines. Cela désigne «  l’ensemble des interactions et expériences vécues par un collaborateur au sein de son entreprise, dans les moments clés de son parcours comme dans son quotidien professionnel. » Et pour que les collaborateurs puissent partager leur expérience, il faut leur donner l'occasion de s'exprimer.

 

Des outils plus modernes

Aujourd'hui, plus d'excuse pour ne pas prendre en compte l'avis des collaborateurs. Des applications spécialisées permettent d'interroger individuellement et anonymement tous les salariés à niveau égal, quel que soit leur rang et leur poste dans l'entreprise. Cette méthode aura pour effet de laisser chacun s'exprimer librement et honnêtement sans peur des représailles, afin d'obtenir des résultats plus proches de la réalité.

Cette méthode de sondage anonyme a été mise en place afin d'améliorer les stratégies de l'entreprise en impliquant davantage les collaborateurs. Un gain de temps, d’argent et de productivité non négligeable pour les entreprises, en plus d'apporter aux salariés un sentiment d'écoute et de valorisation.

Des outils qui pourraient, somme toute, être exploités également, pour que les managés puissent donner leur feedback sur le management afin que la culture du feedback ne se développe pas que dans un sens.

 

 

Sources :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *