Coworking et télétravail contre les grèves SNCF
© Dimitrije Tanaskovic / Stocksy United

Grèves SNCF : l’occasion de tester le télétravail

À partir du 3 avril, les grèves SNCF vont se mettre en place. Il s’agit en effet, pendant une période de deux mois intégrant avril et mai 2018, de supprimer la majorité de la circulation ferroviaire deux jours par semaine en moyenne. Et si il existait des solutions pour aider les salariés à poursuivre leurs activités professionnelles dans de bonnes conditions malgré ces contraintes ? Au delà des moyens de transport alternatifs, nous allons plutôt nous intéresser aux notions de télétravail et de coworking, véritables alternatives de poids. Regardons cela de plus près.

Un mouvement social n’est pas pas une justification pour louper un jour de travail.

La législtation du travail en France explique clairement que ce type de situation – difficultés pour se rendre sur son lieu de travail dûes à des conditions externes, comme les grèves SNCF par exemple – n’est pas une autorisation pour les salariés à ne pas travailler. Ces derniers sont dans l’obligation de chercher et trouver des moyens pour rejoindre leur lieu de travail ou proposer et mettre en place des solutions alternatives leur permettant d’effectuer tout ou partie de leur activité professionnelle.

Et c’est là où la notion de télétravail prend désormais tout son sens. Attention cependant : tout ceci doit être réfléchi en amont avec l’employeur. En effet, si cette notion de travail à distance n’est pas déjà quelque chose de connu et appliqué, la direction de l’entreprise devra être prévenue en amont et devra valider ce souhait. La récente évolution du code du travail par les ordonnances de Muriel Panicaut, ministre du travail, va heureusement dans le bon sens en facilitant la possibilité pour un salarié d’exercer son activité depuis un autre endroit que son lieu de travail habituel, en utilisant les technologies de l’information et de la communication. Désormais, si l’employeur refuse le télétravail à un de ses salariés, il doit « motiver sa réponse ».

Le télétravail pour aider les « naufragés du rail »

Du coup, pour les entreprises qui ne pratiquaient pas le télétravail jusque-là, cette période de perturbations peut être l’occasion de l’expérimenter. Et pour celles qui étaient déjà de la partie du travail à distance, ce sera un moyen de continuer à structurer la pratique et de l’améliorer en terme d’organisation et de suivi. Les ordonnances Macron ont considérablement simplifié la démarche pour les entreprises, avec un vrai encadrement législatif.

Mais au fait, c’est quoi le télétravail ?

Il s’agit tout simplement de la possibilité offerte aux employés qui le souhaitent de pouvoir effectuer leur activité professionnelle depuis un lieu autre et éloigné de leur poste de travail attitré habituel. Dans la plupart des cas, il s’agit de leur permettre de pouvoir travailler de chez eux, par exemple. Cette notion de télétravail passera par la possibilité pour les salariés concernés de pouvoir utiliser un matériel informatique et un ensemble de services leur permettant d’effectuer leur activité professionnelle comme s’ils étaient au bureau.

Cela passe donc par un ordinateur portable, par exemple, disposant des outils et des services permettant d’effectuer son travail quotidien et de se connecter à l’entreprise à distance pour accéder à l’information ou échanger avec ses collègues. Travailler à distance peut ainsi être envisagé de différentes manières. Cela peut passer par s’installer un espace de travail chez soi, qui sera la solution la plus simple et qui ne coûtera rien au salarié. Mais travailler de chez soi pourra être une solution impossible pour certains, pour cause d’espace trop petit, d’absence de connexion internet ou d’éléments de perturbation trop importants.

Grèves SNCF : où faire du coworking en Ile-de-France ?

Dans ce cadre là, les espaces de coworking, conçus pour cela, pourront être d’une grande utilité. Il s’agit de lieux, de plus en plus nombreux désormais, permettant sous certaines conditions de pouvoir bénéficier d’un bureau ouvert ou fermé et de l’ensemble des services indispensables pour faire du télétravail. À la différence du télétravail depuis chez soi, on reste avec le cowororking dans un cadre de travail à 100 %. Ces lieux se multiplient de partout en France et ils deviennent intéressant dans le contexte des grèves SNCF… s’ils sont facilement accessibles sans devoir prendre le train !

L’institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile de France a mis en place une carte interactive recensant 183 endroits de coworking, 196 bureaux mutualisés et 68 espaces de micro-working (dans les gares) dans toute la région Ile-de-France. Pour le coworking ainsi que les bureaux mutualisés, il est nécessaire de réserver sa place pour pouvoir s’y installer et le prix varie selon les lieux. À vous de nous dire quels sont les lieux qui vous inspirent le plus.

Laisser un commentaire