Le bonheur au travail est culturel… mais pas que !
© Jetta Productions / Stocksy United

Le bonheur au travail est culturel… mais pas que !

C’est le bonheur qui mène au succès, et non le contraire, rappelle Jacques Forest, professeur à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) au Canada dans un article du quotidien québecois Le Devoir.

 

Le bonheur au travail est un concept qui ne serait d’ailleurs pas le même selon les pays. En effet, un nouveau sondage menée par le cabinet de conseil et de recrutement Robert Half, révèle que, pour les Américains, les Britanniques, et les Canadiens, le premier facteur de bonheur est le sentiment de fierté à l’égard de l’organisation pour laquelle ils travaillent ; alors que pour les Français, les Belges et les Allemands il s’agirait davantage d’être traité avec équité et respect.

Par ailleurs, les Canadiens estiment être plus heureux au travail que les Français, les Belges et les Britanniques, mais moins heureux que les Américains, les Allemands, les Néerlandais et les Australiens. Mais si la perception du bonheur est culturelle, l’enquête rappelle que la reconnaissance au travail est un facteur commun à la sensation de bien-être au travail : « Il y a un lien évident entre la satisfaction au travail et le niveau de bonheur en général. (…) Si tout le monde est plus heureux dans un environnement de travail, la performance de l’entreprise va être meilleure et tout le monde va en bénéficier », insiste M. Côté, créateur de l’Indice relatif du bonheur.

Mais accroître le bonheur des salariés dépendrait surtout de la capacité de l’employeur à appliquer trois principes au sein de son entreprise :

  • Rendre les tâches des travailleurs stimulantes et significatives ;

  • Rémunérer les employés de manière juste et équitable ;

  • Faire preuve de plus d’empathie dans les rapports interprofessionnels.

 

Plus d’informations sur cette étude dans Le Devoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *