travailler dehors greendesking
Unsplash - Ellyot

Le plein air, c’est bon pour le travail !

Comment entretenir la motivation de vos collaborateurs au cœur de l’été quand tout les pousse à regarder par la fenêtre ? Découvrez en synthèse sur Mieux le Mag les principes du « greendesking » ou en intégralité sur Myhappyjob.fr.

Le bruit des climatiseurs ou des ventilateurs supplante celui du téléphone… Au cœur de l’été, les aoûtiens se languissent du retour des juillettistes. Pour veiller à la motivation de leurs collaborateurs, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à aménager des espaces permettant de travailler dehors. Une tendance qui aurait deux vertus principales :  

– travailler en plein air suscite des échanges différents et permet de casser les fonctionnements hiérarchiques traditionnels. C’est aussi une façon de nourrir la créativité des équipes.

– travailler dehors permet aussi de resynchroniser son organisme à la lumière naturelle, ce qui présente des bienfaits pour le sommeil, la qualité de concentration et la productivité en général. D’après une étude menée par l’université de l’Oregon, un environnement de travail connecté à la nature réduirait jusqu’à 10 % l’absentéisme.

Encore récente dans les entreprises en France, cette pratique nécessite deux conditions préalables à sa réussite : la communication interne (travailler dehors ne signifie pas faire des pauses prolongées) et un minimum d’aménagement pour garantir le confort de travail (mobilier adapté et confortable, qualité de la connexion, parasols ou stores pour assurer la lisibilité de l’écran… ). Après le « greenwashing », prêts pour le « greendesking » ? Découvrez l’ensemble des témoignages sur myhappyjob.fr !

 

Laisser un commentaire