Les slasheurs : ces travailleurs qui ont la bougeotte
© Jovo Jovanovic / Stocksy United

Les slasheurs : ces travailleurs qui ont la bougeotte

Tous les vendredis, nos actus revêtent un look plus détendu pour fêter l'arrivée du week-end en abordant le management et la QVT en toute légèreté : c'est la Casual Actu !

 

Un nouvel anglicisme a fait surface dans le vocabulaire français : le slashing. Rien à voir avec une méthode de découpe culinaire ni avec les jeux vidéo, ce terme désigne le fait de cumuler plusieurs activités professionnelles en même temps.

Quoi de nouveau là-dedans ? nous direz-vous. Le cumul des petits boulots, notamment chez les jeunes et les classes défavorisées n'est pas une pratique née d'hier. Cependant, il s'agit bel et bien une nouvelle tendance qui concerne des personnes qui le font par choix, et non par nécessité. « Auparavant subi, le slashing est de plus en plus perçu comme un moyen de s’épanouir en tant qu’individu au cours d’une carrière » nous dit Qapa, spécialiste de la recherche d'emploi.

En effet, certaines personnes ne se satisfont pas de faire carrière dans un seul domaine et ont l'impression de ne pas exploiter l'intégralité de leur potentiel. C'est le cas d'Hélène Picot par exemple, elle-même slasheuse et devenue coach en reconversion. Elle rapporte dans My Happy Job : « Je m’étais transformée en parfait robot […] mais je me suis totalement oubliée. […] J’ai alors décidé de tout stopper et de créer la vie dans laquelle j’allais m’épanouir en étant à 100 % en accord avec mon ETRE. » Elle raconte ensuite comment elle a commencé à cumuler les formations, les projets et les postes, chacune de ses occupations nourrissant les autres. On parle aussi parfois d'hybridation dans ce cas.

Mais attention, être slasheur par choix, ce n'est pas s'abandonner au surmenage, bien au contraire ! Il s'agit plutôt de se réapproprier son temps et ses envies, et de les organiser au mieux pour rester en phase avec nos besoins fondamentaux. Pour citer encore Hélène Picot, « il faut juste s’autoriser à faire ce qui nous épanouit le plus, lever les freins et ne plus se brider. Le seul échec, c’est celui de ne pas agir et de ne rien tenter ! »  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *