Il y a plus à faire qu'un simple merci
Il y a plus à faire qu'un simple merci

Reconnaissance des employés : Il y a plus à offrir qu’un simple merci

Reconnaître les efforts de vos employés les rendra plus heureux et plus engagés au travail. Mais quel est le secret d’un bon programme de reconnaissance ? 

Dans un contexte de guerre des talents, la plupart des entreprises se focalisent sur les salaires qu’elles peuvent proposer, dans l’espoir que leurs employés se sentent valorisés et enthousiastes à l’idée de rester travailler pour eux.

Si seulement les choses étaient aussi faciles…

Bien que le salaire soit important pour le recrutement et la fidélisation, les grandes entreprises et les PME sont conscientes des avantages des programmes de reconnaissance qui permettent aux employés de se sentir valorisés. Dans une étude menée par SHRM/Globoforce, les DRH n’ont aucun doute quant aux avantages qu’offrent  ces programmes dans des domaines tels que l’expérience collaborateurs (89% des répondants), les bonnes relations (86%), l’engagement (84%), la culture (85%) et les valeurs de I’entreprise (83%).

 

Les PME sont conscientes des avantages

L’importance de saluer les efforts et les réalisations des employés est également bien comprise par les PME. Selon une étude menée par Sodexo Benefits and Rewards Services[1], 95 % des dirigeants de PME pensent que la valorisation des efforts de leurs employés et la reconnaissance de leurs contributions est le moyen le plus efficace d’améliorer la performance de leur entreprise. De plus, la majorité de ces dirigeants estime que les PME sont plus performantes que les grandes entreprises en matière de reconnaissance des employés.

 

Adaptez-vous aux différentes générations…

Pour tirer le meilleur parti de ces programmes, les entreprises doivent comprendre ce qui motive le plus leurs employés. Cela variera non seulement d’une génération à l’autre – avec les baby-boomers, les millenials et la génération X qui cohabitent professionnellement – mais aussi d’une région géographique à l’autre. D’après les recherches menées par Sodexo Benefits and Rewards Services, les baby-boomers ont tendance à préférer les récompenses sous forme de remerciements, de promotion et de reconnaissance avec une touche personnelle, tandis que les Millennials se tournent vers des récompenses concrètes, servies par des canaux technologiques variés.

 

…et aux différentes nationalités

En ce qui concerne les pays, les distinctions d’équipe en Chine sont reconnues et appréciées des employés, qui veulent se sentir à l’origine d’une réussite plus globale. La reconnaissance des équipes et des individus est également prisée en Scandinavie. Cependant, les différences culturelles font que les cérémonies de remise des prix dans les pays scandinaves doivent être courtes et modestes, le montant d’une prime ne doit pas être révélé pour éviter la gêne, et les récompenses elles-mêmes doivent être plus modestes et remises plus fréquemment.

 

Une large gamme de programmes de reconnaissance

Il est clair que les primes ne sont qu’une partie de l’équation de la reconnaissance. Une étude portant sur six pays d’Europe de l’Est – Roumanie, République tchèque, Hongrie, Slovaquie et Ukraine – a révélé que les chèques-repas et la mutuelle constituaient les avantages les plus populaires, au même titre que la mise à disposition d’un téléphone portable professionnel. En Hongrie, les entreprises proposent un système « cafeteria » grâce auquel l’employé peut choisir parmi une sélection d’avantages différents – chèques-repas, logements de vacances ou équipements de loisirs – dans la limite d’un budget déterminé.

En Pologne, Sodexo Benefits and Rewards Services propose des plateformes de reconnaissance dans le secteur de la banque, qui visent à améliorer la performance des équipes commerciales. « Notre solution permet de suivre les performances et de proposer un système de reconnaissance flexible et adapté aux attentes du client. La performance est récompensée par des points, échangeables sous forme de bons Sodexo (acceptés dans 56 000 points de vente), de cartes Sodexo acceptées dans le réseau Mastercard, ou encore directement sous forme de produits de consommation, comme des appareils électroniques, des accessoires  sportifs, des voyages, ou des coupons pour des séances de spa « , explique Izabela Czarnocińska, Senior Product Manager.

 

Choisir la bonne récompense

Tout aussi importante, la mise en œuvre de ces programmes doit être suffisamment souple pour s’adapter aux réalités locales. Par exemple, avec 75% de la population indienne équipée d’un téléphone portable, les solutions de reconnaissance doivent être adaptées au mobile afin d’être efficaces. Elles doivent également être conformes aux spécificités culturelles locales. En Chine, par exemple, les gâteaux à partager, préparés par une boulangerie haut de gamme, sont très appréciés, mais il faut absolument éviter d’offrir des montres ou des horloges – car elles sont considérées comme un porte-malheur et leur rappellent leur mortalité. De même, il faut éviter d’offrir des cadeaux qui comportent le chiffre 4 car il est associé à la mort dans la culture chinoise, et choisir plutôt des filtres à air, tout indiqués pour l’atmosphère polluée du pays.

 

Une approche internationale de la reconnaissance des employés

La connaissance des spécificités locales est essentielle dans la conception des programmes de reconnaissance, et c’est pourquoi un acteur mondial comme Sodexo Benefits and Rewards Services peut aider les entreprises de toutes tailles à satisfaire les attentes de leurs employés. Grâce à sa présence dans 35 pays, ses équipes peuvent proposer une gamme de solutions de reconnaissance pertinente, quelle que soit la culture ou la population.

 


Des programmes qui dynamisent l’activité au Royaume-Uni

Iain Thomson, Directeur de l’Incentive & Recognition, présente les programmes déployés par Sodexo Benefits and Rewards Services au Royaume-Uni.

 

Quels types de programmes et de reconnaissance avez-vous mis en place ?

Ils peuvent aussi bien concerner la reconnaissance du succès que la sécurité, entre autres, mais ils visent tous à encourager des comportements en phase avec les valeurs du client. Tous font face à des défis différents, comme le changement d’organisation ou la mise en place  d’une nouvelle culture d’entreprise. Notre point de départ est de comprendre leurs objectifs, puis de concevoir une solution adaptée à leurs besoins – généralement des cartes électroniques, des catalogues de produits et des prix décernés localement.

 

Comment ces programmes sont-ils adaptés à la situation au Royaume-Uni ?

Le marché de la reconnaissance y est relativement mature et se tourne de plus en plus vers les employés. Ainsi, nous offrons à nos clients un  » bilan de santé  » de leurs conditions de travail, de leur politique salariale, de leurs avantages sociaux et de leurs programmes de santé et bien-être – avant d’inclure un programme de reconnaissance. Ce package est de plus en plus basé sur la technologie et « multi-niveaux », couvrant le personnel et les indépendants. À mesure que les entreprises se fragmentent et que les gens travaillent à distance, nos plateformes passent du statut d’outil de reconnaissance à celui de guichet unique pour tous les besoins RH des employés.

 

Avez-vous des retours de la part des employés ou du ROI à partager ?

Nos programmes montrent que les employés motivés génèrent 43 % de revenus supplémentaires grâce à une productivité accrue, une diminution de l’absentéisme et une meilleure rétention. Nous avons un client qui utilise des e-cartes pour la reconnaissance entre salariés du travail bien fait. Cela représentait 36 000 cartes envoyées en 2013. En 2017, ce chiffre, qui reflète l’engagement, était passé à 88 000 grâce à notre programme. Pour une entreprise de logistique, nous avons augmenté la rétention et réduit le coût du recrutement grâce à un programme de cooptation ciblant les nouveaux arrivants. Il profite aux employés et améliore l’efficacité des ressources humaines.


L’engagement des employés à l’ordre du jour au Chili

Juan Andrés Vizcaya, Responsable Incentive et Reconnaissance au Chili, décrit les programmes de Sodexo Benefits and Rewards Services proposés dans son pays.

 

Quels types de programmes de reconnaissance avez-vous mis en place ?

La plupart sont soit verticaux, des managers vers leurs employés, soit sous la forme de nominations, où les salariés s’accordent sur les actions qui profitent à l’entreprise. Nous mettons également en œuvre des programmes de récompenses pour des occasions spéciales, généralement à la fin de l’année, et des programmes récurrents, qui récompensent les comportements qui reflètent les valeurs de l’entreprise ou qui participent à la productivité. Nous proposons également la reconnaissance par les pairs, bien qu’il y ait moins de demande pour cela.

 

Comment ces programmes sont-ils adaptés à la situation au Chili ?

Le marché de la reconnaissance est maintenant plus dynamique, car de plus en plus d’entreprises se lient à Great Place To Work, qui se concentre sur l’amélioration de l’engagement des employés. Les entreprises veulent créer un programme de reconnaissance mais faute d’expertise, elles ont d’abord besoin d’accompagnement, puis d’éléments physiques (cartes) ou de plateformes numériques. Nous avons adapté notre offre pour inclure une première étape de conseil et une formation à la reconnaissance afin d’aider les clients à tirer le meilleur parti de nos outils.

 

Avez-vous des retours de la part des employés ou du ROI à partager ?

Dans certains cas, nous recueillons le feedback des employés au moyen d’une enquête mobilisant l’échelle de Likert, afin de savoir comment les managers valorisent leurs équipes. Mais cette information n’est accessible qu’au DRH.

Le ROI des programmes de reconnaissance n’est pas facile à calculer, bien que

les enquêtes sur l’engagement des employés et le GPTW alimentent quelques KPIs. Dans l’un de nos programmes, nous avons développé une solution pour la chaîne de magasins Tiendas Corona, qui récompensait les vendeurs pour chaque souscription à son programme de fidélité. Le nombre de titulaires de cartes a ainsi augmenté de 10 %.

 

[1] https://resources.globoforce.com/globoforce-blog/5-findings-from-the-2018-shrm-globoforce-employee-recognition-survey

Laisser un commentaire