Rester positif face aux mauvaises nouvelles
© Simone Becchetti / Stocksy United

Rester positif face aux contrariétés

Dans la vie privée comme professionnelle, on est forcément soumis à un moment ou un autre à des contrariétés. Devant l'inévitable, ce qui compte n'est pas tant notre capacité à esquiver ces situations – fuir indéfiniment n'est ni possible, ni une bonne idée, mais notre façon de les aborder. Brigitte Vaudolon, psychologue-coach chez Be Positive livre quelques conseils pour rester positif dans ces moments difficiles.

Prenons un exemple typique pour commencer : « On vous refuse une augmentation ou une promotion ». Pas facile de garder son sang froid et de ravaler sa fierté après s'être fait envoyé sur les roses par votre supérieur, quelle que soit la raison de ce refus. Ne soyez pas blessé dans votre égo, ne vous blâmez pas mais ne blâmez pas les autres non plus. Profitez-en pour questionner votre engagement et votre bien-être dans l'entreprise. Si seuls l'optique d'une promotion ou d'une augmentation vous retient, c'est peut-être que vous n'êtes pas dans la bonne entreprise. Mais si vous vous sentez à votre place, gardez confiance et demandez à vos collègues ce qu'ils pensent de votre travail, de vous apporter un regard critique pour que vous puissiez vous améliorer.

Les collègues peuvent d'ailleurs eux aussi être sources de mauvaises nouvelles. Quand les amis du bureau s'en vont par exemple, cela peut sérieusement saper le moral. Ceux avec qui vous aimez manger le midi, rigoler à la pause café ou raconter vos week-ends sont les personnes qui nous aident à tenir tout au long de la journée en ajoutant une dimension sociale et amicale au travail. S'ils partent avant vous, ne vous morfondez pas, c'est le moment de se faire de nouveaux amis en participant aux projets du CE ou en se portant volontaire sur de nouveaux projets.

Découvrez plus de situations et de conseils sur cet article publié dans l'Express Entreprise.

 

Laisser un commentaire