S'y retrouver avec les jours fériés
© Brian McEntire / Stocksy United

S’y retrouver avec les jours fériés

En ce lundi de Pâques, ménageons-nous et faisons une pause pour parler, non de travail, mais de jours fériés ! Le top départ a été donné, s'ensuivront désormais la fête du travail (1er mai), la Victoire 1945 (8 mai), le Jeudi de l'Ascension (25 mai cette année) et le lundi de Pentecôte (5 juin cette année). Faisons le point sur ces jours fériés.

Mis à part le 1er mai qui est un jour chômé et payé pour tous (ou payé le double pour ceux dont la présence est requise), les autres jours fériés dépendent des conventions collectives. Il en va de même pour les ponts, parfois offerts par l'entreprise comme jour de congé payé au même titre qu'un autre jour férié. Dans certains cas, l'employeur peut également offrir au salarié la possibilité d'effectuer les heures non travaillées dans les 8 jours ouvrables précédant le jour du pont (sans majoration de salaire toutefois).

En ce qui concerne le lundi de Pentecôte, un certain flou règne depuis 2003 quand le Premier ministre de l'époque, Jean-Pierre Raffarin, instaura la « journée de solidarité ». Le principe était de faire travailler les salariés « gratuitement » pour aider à financer la prise en charge des personnes âgées et handicapées chaque lundi de Pentecôte. Une mesure encore en vigueur mais qui ne s'applique plus obligatoirement le jour de la Pentecôte mais à la date choisie par l'entreprise depuis 2008.

Pour connaître plus de détails sur le principe de la journée de solidarité et sur les jours fériés, rendez-vous sur L'Express Entreprise.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *