Top 10 des tendances de la RSE en 2015
Crédit photo : LUMINA

Retour sur les tendances RSE de 2015

En ce début d’année 2016, pour mieux aller de l’avant, prenons le temps de dresser un bilan des 10 tendances et avancées de la RSE qui ont marqué 2015. Des tendances motivantes pour les employés qui laissent espérer de beaux lendemains.

 

1- Le climat et la COP21

Suite à l’accord historique issu de la COP21 en décembre 2015, beaucoup d’entreprises ont orienté leurs actions et leurs discours RSE sur la question du climat. Face à l’ampleur mondiale de la COP 21, de nombreuses entreprises ont annoncé leur soutien et leur engagement, notamment sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre : difficile en effet de ne pas vouloir porter sa pierre à l’édifice. Reste à voir si toutes les promesses seront tenues.

2- L’impact économique et social

Autre tendance forte l’année dernière dans les départements RSE : la question de l’impact économique et social. On observe que cet enjeu est de plus en plus important pour les Français, qui attendent des entreprises qu’elles participent au développement économique et social local. La question du Made in France, du développement local et du tissu économique a donc été prépondérante en 2015.

3- Le bien-être au travail

Enjeu numéro 1 selon les salariés, les conditions de travail et le bien-être au travail ont été, et seront toujours, un gros sujet de préoccupation.

Après un débat à l’Assemblée nationale en mai dernier sur le problème du burn-out et du compte de pénibilité, le stress au travail est devenu un sujet inévitable pour toutes les entreprises. Télétravail, utilisation du numérique… autant de nouvelles pratiques rendues possibles par les nouvelles technologies (et l’évolution de la définition du travail) pour bien répondre aux problématiques du bien-être au travail.

4- L’engagement des salariés et le management responsable

2015 marque une popularisation des nouvelles formes de management dans les entreprises (et donc une remise en cause du management traditionnel) : management participatif, suppression ou refonte des hiérarchies, entreprises libérées… Au-delà des valeurs ou d’une certaine tendance, beaucoup ont validé ces refontes de leur fonctionnement traditionnel en succès, avec une productivité accrue. Bien sûr, il reste toutefois du chemin à parcourir puisqu’aujourd’hui, 85 % des salariés souhaiteraient pouvoir s’investir davantage dans la démarche RSE de leur entreprise.

5- Le Big Data, le numérique et la génération Y

Le monde évolue, les entreprises aussi. L’impact de la transition numérique s’est ressentie partout, jusque dans l’organisation même du travail : comment repenser le travail et l’emploi avec le numérique, son impact sur le management ou en tant que facteur de motivation ? Mais se sont également posés de nouveaux problèmes encore inédits : l’hyperconnectivité et le droit à la déconnexion numérique. Le numérique est d’autant plus présent qu’il est l’un des points forts de la génération Y, elle-même de plus en plus présente dans les entreprises.

6- La supply chain

Au cours d’une année dédiée au climat, difficile de ne pas parler de la supply chain, ou chaîne logistique, qui est désormais une priorité RSE pour les grandes entreprises avec comme grands travaux : mieux gérer leurs ressources, leurs fournisseurs, et à l’autre bout de la chaîne, le recyclage et l’économie circulaire. Autant d’étapes intermédiaires qui finissent par former un enjeu crucial pour les entreprises.

Mais la supply chain a aussi été un enjeu social puisque la question des droits de l’homme dans la chaîne de production, et celle du devoir de vigilance des sociétés mères ont donné lieu à une proposition de loi. Si elle est votée en commission, la loi devrait obliger les grandes entreprises françaises à contrôler le respect des droits de l’Homme sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement.

7- La communication responsable

D’après le Baromètre des Enjeux RSE de 2015, la communication est devenue l’une des préoccupations des entreprises en matière de RSE. L’évolution est flagrante puisque par exemple, 39 des entreprises du CAC 40 disposent et mettent en avant leur structure pleinement consacrée à la RSE, contre seulement 17 en 2011 et 23 en 2013.

Mais des questions subsistent : comment diffuser son message ? Comment parler de sa RSE ? De plus en plus d’entreprises semblent s’interroger sur cette question.

8- Les nouveaux labels : les B-Corps

Cette tendance venue des États-Unis (comme c’est souvent le cas en matière de RSE) propose un nouveau label pour les entreprises actives en matière de RSE. Lancé en 2006 par l’ONG B Lab, ce label regroupe désormais plus de 950 entreprises dans 32 pays. Leur point commun ? Combiner recherche de performance économique et poursuite d’objectifs environnementaux et sociaux élevés – un peu comme le label Lucie en Europe. Un pas de plus vers des entreprises qui préfèrent être meilleures pour le monde que les meilleures du monde ?

9- Les « nouvelles économies » : l’ESS et l’économie collaborative

Économie collaborative et Économie Sociale et Solidaire… Deux phénomènes distincts mais avec au moins deux points communs : ils remettent les individus au coeur du processus économique et ont bousculé les pratiques des entreprises.

L’économie collaborative a déferlé sur le secteur privé cette année, notamment avec la polémique autour d’Uber mais de manière plus générale, avec tous les services (Airbnb, Blablacar) qui montrent que la notion d’usage prend progressivement le pas sur celle de possession.

L’ESS, en plein essor en France, pousse aussi les entreprises à s’interroger sur leurs modèles : tant pour remettre en cause le modèle précédent (est-il toujours en adéquation avec le travail, qui lui, change ?) ou la pérennité dudit système.

10- La diversité au travail

Enfin, 2015 a également été l’opportunité pour l’ensemble des acteurs de se poser la question de la diversité au travail. Comment intégrer les jeunes dans l’entreprise ? Comment gérer la question du handicap au travail ? Comment assurer l’égalité hommes-femmes au travail ? Autant de questions pour lesquelles les entreprises ont été obligées de trouver des réponses et qui sont devenues depuis, on l’espère, des acquis sociaux.

 

L’année 2015 a donc montré que nous étions sur la bonne voie. Les initiatives furent nombreuses pour démontrer que l’entreprise continue d’évoluer vers une responsabilité sociale intrinsèque à la définition même du travail. Le chemin n’est cependant pas toujours simple, mais le but à atteindre se rapproche.

Source : http://e-rse.net/10-tendances-rse-marquantes-2015-17711/

Laisser un commentaire