Fermer la navigation

Les espaces de discussion ou l’importance de parler du travail

Les espaces de discussion ou l’importance de parler du travail

A l’occasion de la 12e édition de la « Semaine pour la qualité de vie au travail » organisée par l’Anact, se déroulait ce lundi 15 juin au Forum des Images à Paris le colloque national de lancement intitulé « Rendons le travail parlant ! » Point central cette année : la mise en place d’espaces de discussion au sein du travail.

Le rideau s’ouvre avec les résultats de l’enquête de l’institut Harris Interactive « Les espaces de discussion au travail. Parler de son travail : Comment ? Avec qui ? Pour quelles finalités » révélés pour la première fois ce lundi 15 juin.

Parmi les 38 pages de résultats, un premier chiffre vient marquer : si 68 % des salariés ont le sentiment de pouvoir facilement parler de leur travail au sein de leur entreprise, ce n’est pas le cas de 31 % d’entre eux.

Ces discussions au sein du travail se déroulent généralement dans un cadre informel et beaucoup plus avec des collègues proches (91 %) ou des managers direct (73 %) qu’avec les services transversaux (52 %) ou la direction (44 %).

Discuter du travail c’est rendre le travail visible

Les discussions concernent le plus souvent des sujets « terrain » et quotidien : l’ambiance de travail (67 %), l’environnement de travail et les moyens mis à disposition des salariés (67 %), ou encore les difficultés rencontrées au quotidien (65 %).

Mais si 94 % estiment que la mise en place d’ espaces de discussion est une bonne chose, à partir du moment où ils débouchent sur des améliorations concrètes (90 %), seul 23 % attestent de l’existence de tels espaces au sein de leur entreprise !

On touche donc au cœur du problème. Malgré leur introduction dans l’accord national interprofessionnel (ANI) de juin 2013, les espaces de discussions peinent à trouver leur place en entreprise.

Les espaces de discussion : Quelle finalité ?

Pour Ségolène Journoud, chargée de mission Anact (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail), « discuter du travail c’est rendre le travail visible pour mieux le concevoir et le transformer. »

C’est le but des espaces de discussion : ils invitent les employés à parler ensemble de leur pratique de travail, à identifier les améliorations possibles afin d’améliorer leur quotidien et à les appliquer. Ils se distinguent ainsi des espaces de dialogue déjà existants comme les comités de direction, les réunions d’équipe ou les entretiens annuels « plus souvent centrés sur la construction et la diffusion d’une vision prescrite, davantage marqués par la confrontation que par la concertation. »

Afin d’aider les entreprises à intégrer au mieux ces espaces, l’Anact identifie quatre étapes importantes :

  • Analyser le contexte et définir précisément la finalité : la régulation collective, la concertation sociale, la résolution de problèmes ou le développement professionnel par exemple.
  • Faire le lien avec les espaces de discussion existants.
  • Bien définir toutes les modalités en amont (thème et périmètre de la discussion, lieu, fréquence, articulation avec les instances de dialogue social et l’organisation de l’entreprise, etc.) ou en aval (existence ou non d’un compte rendu ? Par qui, pour qui, dans quel but, etc.)
  • Expérimenter, évaluer, faire un test à petite échelle pour ajuster au fur et à mesure.

« Selon les finalités, les espaces [de discussion] prendront des formes différentes et adapteront des règles spécifiques » rappelle Ségolène Journoud.

Être à l’écoute

C’est l’expérience qu’en a faite Gérard Bellengier, directeur de la stratégie sociale et de la qualité de vie du groupe la Poste.  Les deux sites sur lesquels le procédé a été testé n’ont pas réagi de la même manière et les ont chacun adaptés vers un fonctionnement qui leur convenait mieux.

Au delà de l’objectif premier qui était de « résoudre les difficultés quotidiennes que peuvent rencontrer les postiers dans l’exercice de leur travail », l’effet qui a plus surpris Gérard Bellengier était  « la satisfaction qu’on demande aux employés leur avis et de se sentir impliqués. De fait, le sujet de discussion était leur pratique et leur travail dans leur intérêt. » On retombe finalement sur la question bien connue de la reconnaissance au travail – dont se plaignaient en avril 70 % des salariés !

Sur ce point, les espaces de discussion apparaissent très pertinents selon Alain Aplhon-Layre, responsable national CGT Travail-Santé des transports, « ne serait-ce que pour mettre en lumière et en débat l’écart parfois abyssal entre travail prescrit et travail réel. »

Qu'est-ce que la qualité de vie au travail ? Comment mettre en place des actions de QVT ? Téléchargez le guide !

Ressources associées

Nos ressources sur la qualité de vie au travail

Management bienveillant, actions de QVT, ROI, égalité professionnelle et équilibres de vie, autant de sujets abordés par nos livres blancs, fiches pratiques, cas clients et webinars

Toutes nos ressources QVT
Estimez votre budget titres restaurant

Vous souhaitez mettre en place des titres-restaurant pour offrir une meilleure expérience déjeuner à vos collaborateurs ?

Faire une estimation
Fermer la recherche