Serious game QVT
Crédit : Rawpixel

Un serious game pour sensibiliser à la qualité de vie au travail

Un jeu au nom d'une sauce grecque pour sensibiliser à la qualité de vie au travail ? Oui, oui !

Des chargé(e)s de missions de l’Anact, l'Agence Nationale pour l'Amélioration des Conditions de Travail, ont été formé(e)s au serious game « Tzatziki » par l’organisation belge Flanders Synergy, conceptrice du jeu. Un mode de sensibilisation innovant et engageant.

Ce serious game propose de faire expérimenter aux participants (managers, dirigeants, salariés, etc.) différentes formes d’organisation du travail, afin d’en montrer les effets tant sur les équipes (santé, engagement, soutien collectif…) que sur la performance. Le jeu est basé sur le modèle de Karasek, modèle explicatif du stress au travail. Il met en exergue le stress ressenti du salarié ainsi que sa capacité à développer des compétences selon la demande psychologique à laquelle il est soumis, sa latitude décisionnelle et son soutien social.

Si le terme serious game est souvent rattaché au domaine du jeu vidéo, ici il ne s’agit pas d’un jeu sur écran, mais sur table, entre collègues. Un rapport avec le tzatziki ? Certainement, mais on n’en dira pas plus pour ne pas gâcher le jeu.

À la fin, un débriefing est organisé durant lequel les participants sont invités à exprimer ce qu’ils ont ressenti lors des différents ateliers, à dévoiler les résultats et à en tirer les enseignements. Puis les animateurs expliquent les aspects théoriques qui constituent le fil rouge du jeu. Les 13 chargé(e)s de mission du réseau Anact-Aract formés durant ces deux jours ont dès lors la possibilité d’utiliser le jeu dans le cadre de leurs missions en entreprises ou auprès des acteurs relais.

Laisser un commentaire